Étendues libres
Pièce pour flûte, saxophone et sons fixés

Étendues libres est une réflexion sur le temps et l’idée de simultanéité, en trois mouvements : Temps ralenti, Lumière figée, Temps libre. Que signifie “maintenant”, qu’est-ce que le présent ? Est-ce un point sur une ligne ? Est-ce un « champ de présence » comme suggéré par le philosophe Merleau-Ponty ?

Le premier mouvement est une continuité, dans laquelle une phase d’agitation se fige progressivement vers un temps moins dirigé, à la recherche de lui-même. Lumière figée (deuxième mouvement) est alors une quête progressive de la simultanéité, après un lent cheminement vers le registre grave. Cette synchronicité ne dure pas, et les différentes parties retrouvent peu à peu leur indépendance temporelle jusqu’à cette phrase prononcée par le saxophoniste : « sans souvenir interposé ». Le troisième mouvement quant à lui introduit le temps de la répétition, à travers un jeu de figures toujours renouvelées.

On serait tenté d’évoquer trois états du temps correspondant à chacun des mouvements : présent solide, liquide ou aérien. À travers la pièce, la synchronicité la plus exacte répond à un présent plus ou moins allongé dans lequel flûte, saxophone et sons fixés évoluent ensemble.

Volumes croisés, reliés dans l’espace et le temps.

Présent élargi, étendu, libéré.